HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Message  lapétarelleducoin le Jeu 14 Mar 2013 - 1:08

Bonjour.

Comme quasiment tout le monde ici, avant d'en venir aux pétrolettes, j'ai d'abord fait du vélo. Pas du vélo de course ni même du "demi-course", non, du vélo tout simple et que l'on pourrait qualifier de "tourisme", sauf que pour moi, c'était des vélos de femme ayant appartenu à mes sœurs plus âgées et qui ne les utilisaient plus depuis la période de l'occupation.

A l'âge de seize/dix-sept ans, interne dans ce que l'on nommait alors un "centre d'apprentissage", j'avais réussi à faire en sorte qu'une de ces bécanes me suive lors de ma deuxième année d'internat.
J'adorais me balader sur les jolies petites routes des Alpes (Basses, de ce moment-là) et je passais mon temps libre des fins de semaines à explorer les environs.
J'étais assez particulièrement intéressé par le côté éclairage de ma bécane et je changeais quelquefois de phare au gré de mes trouvailles. J'en montais quelquefois deux côte à côte. Ca épatait un peu les amis mais....... ça n'éclairait pas mieux !
Il faut dire que j'ignorais alors totalement les principes de base de l'électricité.

J'aimais également beaucoup rouler de nuit à la lueur du phare. Il m'est arrivé de parcourir seul une quarantaine de kilomètres à la seule lumière que projetait cet accessoire. J'ai vite compris qu'il ne fallait pas que celle-ci soit dirigée vers le haut des arbres mais tout simplement, devant moi et.....sur la route.

Certes, les routes d'il y a soixante ans n'étaient pas encombrées de voitures aux phares aveuglants comme aujourd'hui et quant on en rencontrait....leurs phares étaient jaunes, voire jaunâtres.
Mais tout de même.....!

Quand on évoque l'éventualité de circuler de nuit avec nos pétarelles (eh oui !) on recueille vite des réponses signifiant que c'est une folie et que ce n'est pas envisageable (à quelques nuances près, bien sûr).
Pour moi, la vraie folie consistait surtout à circuler sans feu rouge. Il était bien en place mais.....volontairement débranché.
Ignorant alors totalement les principes élémentaires de l'électricité, j'avais trouvé ce moyen pour que la "puissance" (toute relative) de l'alternateur soit reportée uniquement sur le phare, au détriment du feu arrière laissé pour compte.
Dangereux certes, mais efficace pour la luminosité du projecteur !
Ca me permettait même quelquefois de griller une lampe* dans les descentes.......
Les années passant et n'étant toujours pas plus au fait des choses de l'électricité, j'ai reproduit les mêmes erreurs sur mes pétarelles.

Puis est venu le temps des autos. Et quelles autos !

Ma première fut une ROSENGART de type LR 44 (certains ici, connaissent...) une berline (donc, quatre portes) modèle 1932/33.
Comme j'aimais toujours beaucoup rouler de nuit, j'ai continué avec cette voiture.
L'ennui était qu'il me fallait souvent recharger la batterie qui se vidait volontiers et assez rapidement bien que ma dynamo chargeât.
Seulement, elle ne chargeait que peu.
De nuit et phares allumés, je voyais l'aiguille de l'ampèremètre se tenir à deux ou trois ampères côté décharge, ce qui ne laissait pas de m'inquiéter.
Les "grandes" randonnées de nuits devenaient un poil problématiques....... Et elles le restèrent !
Oh, je ne suis jamais resté en rade sur une route, mais il fallait que je recharge sans arrêt cette p..... de batterie. Ca laisse des souvenirs ! A tel point que je puis encore préciser que la batterie 6 Volts 60 AH achetée neuve était de marque "MONOPLAQUE" et que le chargeur également acheté neuf était un "ATOMELEC".
Mais j'étais toujours emmerdé......Au point que j'hésitais toujours un peu à utiliser le démarreur.

Les années ont passé.

Après avoir exercé trente-six métiers et récolté presque autant de misères, il aura fallu que j'arrive enfin à l'automobile pour avoir accès à quelques stages d'électricité auto. C'est là que j'ai réalisé toute l'importance de connaître la puissance nominale d'une génératrice (dynamo) ou d'un générateur (alternateur) et, partant, savoir ce qu'un tel appareil est susceptible de pouvoir alimenter.

C'est ainsi que, bien des années plus tard, j'ai eu l'explication des recharges fréquentes qu'il me fallait effectuer sur ma ROSENGART.

Alors voilà.....!

Le propriétaire précédent, qui ne roulait probablement plus de nuit depuis longtemps au vu de son âge, et n'étant pas non plus spécialiste en électricité auto, avait remplacé ses deux lampes* de phares par celles qu'on avait dû lui proposer, sans se poser de questions.
C'était deux lampes* de 6 Volts 36/36 Watts. Soit 36 Watts pour le filament "phare" et pareil pour le filament "code". Ces lampes* étaient très courantes à l'époque où circulaient, entre autres, de nombreuses "deux-chevaux".
Ce qu'il ignorait, et moi aussi, c'est que la puissance nominale de la dynamo étaient de seulement 12 Ampères (72 W).
Je pense que vous avez vite fait le calcul.....les deux lampes* des phares absorbaient à elles seules la totalité de ce que pouvait fournir la pauvre dynamo !
Et si l'on ajoutait quatre lampes* de 4 W (veilleuses et feux arrière) plus celle (unique) du tableau de bord (toutes non conformes et trop puissantes) ainsi que la consommation de la bobine d'allumage, on dépassait vite ce que pouvait fournir la dynamo. D'où ce déficit de (+/-) 3 Ampères en circulation nocturne et des lampes* en "sous-tension".
Par la suite, j'ai découvert à la lecture d'une notice, que celles montées sur ce véhicule devaient être d'une puissance de 35 bougies chacune pour les phares et de 3 bougies chacune pour celles des veilleuses et tableau de bord. Soit un total de 90 bougies tous feux allumés.
Quand on sait qu'une bougie équivalait grosso modo à 1/2 Watt, on voit tout de suite où se situe l'erreur....!
Avec les lampes* adéquates, tout rentre dans l'ordre, et au lieu des 3 Ampères de déficit en circulation nocturne on à presque environ 4,5 Ampères de charge résiduelle, ce qui rend la charge trop élevée en circulation diurne tous feux éteints. Ces dynamo étant à régulation par troisième balai, il suffisait de déplacer ce dernier dans le bon sens pour baisser légèrement le débit tout en conservant une légère charge résiduelle pour la circulation de nuit. A ce moment-là, la dynamo ne chargeait pas à son débit maximum tout en alimentant correctement les lampes*.

Tout ces calculs restent un peu théoriques. Et une dynamo en 6 Volts charge en réalité à 6,5 volts voire 7 et ça change forcément les résultats. Mais en gros, le principe reste le même.

Alors pourquoi des lampes* à 35 bougies et 3 bougies ?
Parce qu'elles correspondaient tout simplement à l'unité de puissance du moment. Cela à perduré jusqu'en 1950/55. Après on est passé au marquage en Watts.
Il y a quelques années les lampes* pour veilleuses et feux rouges avaient couramment une puissance de 4 Watts et les lampes* de phares classiques 36/36 Watts puis 36/45 Watts. C'est à dire 36 w pour "code" et 36 W pour "phare" puis 36 W "code" et 45 W "phare".
Dans les années trente, les petites autos du genre 4 cv ROSENGART, 5 cv CITROËN, 5 cv PEUGEOT etc, utilisaient des lampes* équivalentes à 15 à 18 Watts pour phares et 1,5 Watt pour veilleuses. Les autos plus grosses utilisaient des lampes* de phare équivalentes à 36 Watts, ce qui était alors le maximum permis par le code de la route.

D'où l'importance, (j'y reviens) à connaître la puissance nominale de chaque générateur de courant d'éclairage : volant magnétique, dynamo, alternateur. Ce qui n'est pas toujours facile, j'en conviens, surtout en ce qui concerne les volants magnétiques où la question éclairage est curieusement et presque toujours passée sous silence sur les notices.
L'importance aussi de savoir convertir les bougies en Watts et inversement (facile quand on le sait !) pour savoir quoi utiliser comme lampe*.
Après cela, reste à trouver la bonne.....pas toujours facile non plus, surtout pour une lampe* équivalente à 3 bougies.

Mais il est vrai que, rouler la nuit avec ces engins du diable est une folie.....

*/ Dernier petit détail :
Vous aurez sûrement remarqué que j'emploie le terme de "lampe" et non d'ampoule. L'ampoule n'étant qu'un composant de la lampe au même titre que son culot. Et dans le cas de l'ampoule, il faudrait également préciser "électrique" parce qu'il y en a aussi des buvables qui n'éclairent que dalle !

J'espère que ma petite histoire en intéressera quelques uns. Et si en plus, elle pouvait être utile à certains, alors...ce serait parfait. En tout cas, ça ranimera un peu le forum ! Certains semblent se désespérer de ne plus voir la couleur de mon encre ces derniers temps.

LPDC.


Dernière édition par lapétarelleducoin le Jeu 14 Mar 2013 - 9:51, édité 1 fois

lapétarelleducoin
Aficionados du pétochon

Messages : 3457
Date d'inscription : 03/07/2011
Age : 79
Localisation : Est Lozère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Message  Arsène le Jeu 14 Mar 2013 - 9:10

Bravo, ça c'est du grand LPDC!!! Very Happy
Très intéressent, mais pas facile de connaitre la puissance de de nos volants ou dynamo!
avatar
Arsène
Aficionados du pétochon

Messages : 239
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 55
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Message  vieubidule le Sam 16 Mar 2013 - 13:54

Bonjour,
bel article "de fond" :thumright: à conserver

vieubidule
Aficionados du pétochon

Messages : 377
Date d'inscription : 15/12/2011
Localisation : à l'ouest

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Message  Vincent le Dim 17 Mar 2013 - 23:22

Intéressant (et agréable) à lire !

Je reviendrai faire un tour par ici si je suis un jour confronté au problème ! Wink

_________________
Vincent Wink
avatar
Vincent
Admin

Messages : 849
Date d'inscription : 10/12/2009
Age : 24
Localisation : (51) Région Vitryate + Reims

Voir le profil de l'utilisateur http://30kmh.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Message  ddg le Lun 18 Mar 2013 - 19:55

Bonjour à tous,

Bravo à toi LPDC, pour le soucis du détail ... et pour nous faire partager ton expérience ... toujours enrichissante.

Merci

Ddg
avatar
ddg
Aficionados du pétochon

Messages : 97
Date d'inscription : 15/08/2011
Localisation : Ain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Message  lapétarelleducoin le Mar 19 Mar 2013 - 5:26

J'aime bien expliquer ce que je sais.

J'essaie surtout d'être le plus clair possible, et avec les termes appropriés.
Et si parmi ceux qui me lisent, il y en a qui on le goût d'apprendre et de retenir, il est bien certain que ça ne peut qu'enrichir leurs connaissances.

Ce qui est un peu dommage, c'est que pas mal de gens continuent à bricoler leurs pétochons dans leur coin comme on les aurait bricolé il y a soixante ans; sans chercher à savoir le pourquoi et le comment des choses. Comme si les pièces étaient encore relativement abondantes et qu'elles ne coûtent rien.
Or, elles sont bien évidemment de plus en plus rares et l'on ne devrait plus bricoler avec "légèreté" mais de façon sérieuse, même dans ce hobby qui n'en a pas l'air. Mais ça.....c'est encore très difficile à faire comprendre si l'amateur n'a pas ce penchant naturel pour les choses bien faites.

Il n'est que de prendre l'exemple des rotors de volants magnétiques, que pas mal d'amateurs (dans le plus mauvais sens du terme) continuent à extraire en le prenant par la jante, et avant de demander quoi que ce soit, à qui que ce soit.
Alors, le plus souvent, ça casse.
Et l'on voit apparaître des annonces du genre : {cherche "allumage" (!) pour 125 Tartempion}.

On pourrait prendre la chose avec philosophie et se dire que ça ne peut que revaloriser celles que nous possédons.....
Piètre consolation et vraiment navrant !

L'expérience est un peigne pour les chauves. (proverbe chinois)

LPDC.

lapétarelleducoin
Aficionados du pétochon

Messages : 3457
Date d'inscription : 03/07/2011
Age : 79
Localisation : Est Lozère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE LAMPES* ET D'ECLAIRAGE.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum