HISTOIRE TOUCHANTE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HISTOIRE TOUCHANTE.

Message  lapétarelleducoin le Ven 17 Jan 2014 - 19:49

Oui, véritablement !

http://www.leboncoin.fr/motos/569639369.htm?ca=12_s

Abstraction faite que l'on aime ou non les M 349, on aimerait pouvoir racheter et stocker à l'abri ces deux TERROT pour qu'elles ne soient jamais séparées, un peu comme les "Amoureux de Peynet" et les couples d'oiseaux du même nom.
En découvrant ces deux numéros consécutifs sur des machines identiques, tant par le type que par l'état, je m'attendais à l'explication qui en est donnée.
En cette période de la fin des années cinquante il n'existait plus de modèle "dame", sinon il y aurait sûrement eu les deux versions de "Motorettes" !
Et sans connaître du tout les personnes qui les ont achetées neuves, ce soir, je ne peux m'empêcher d'avoir une petite pensée émue pour elles.
Que voulez-vous, on ne se refait pas !

LPDC.




lapétarelleducoin
Aficionados du pétochon

Messages : 3270
Date d'inscription : 03/07/2011
Age : 78
Localisation : Est Lozère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE TOUCHANTE.

Message  e1000 le Ven 17 Jan 2014 - 20:30

Touchant 2 fois même...
"abandon pour cause de décès de mon gendre"
J'espère que les 2 p'tites vont trouver une chouette famille d'accueil ! Sad 
Quant aux 2 plaques qui se suivent, j'ai la chance d'avoir eu à faire à 2 dames sympa au service des immatriculations en Belgique: elles ont traité chacune de leur côté mes demandes et on appuyé en même temps pour entrer ma demande de plaque dans le système.
Bilan: 2 plaques (ideuses, format A3  Evil or Very Mad ) qui se suivent!

e1000
Aficionados du pétochon

Messages : 118
Date d'inscription : 26/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE TOUCHANTE.

Message  lapétarelleducoin le Ven 17 Jan 2014 - 21:57

Nos plaques d'aujourd'hui ont hélas perdu une grande partie de leur charme, et je vois que la Belgique n'y échappe pas.
Où sont nos numéros "faits main" qui, tout en respectant les règles de l'époque, avec force lettres "bâtons", tirets et ligne de séparation (du moins pour les plaques arrière et concernant cette ligne) avaient tout de même une autre classe ?
Il est vrai que, la plupart des soi-disant peintres en lettres de nos jours sont le plus souvent des colleurs de caractères.

Dans les restaurations on voit tout et n'importe quoi.
Comme par exemple, des chiffres couchés pleins d'arabesques (plus il y en a, plus c'est beau, bien sûr, un peu comme les signatures compliquées.....), des chiffres collés, rarement faits en respectant les normes d'époque, etc.
Alors je sais qu'elles ont changé ces règles. Mais je ne crois pas qu'on vienne vous emmouscailler parce que vous avez séparé la ligne du haut de la ligne du bas par un trait horizontal de 5 m/m de large, par exemple......
Quant aux exemples de belles lettres sobres et dénuées de toute extravagance, ils ne manquent pas pour qui veut se donner la peine de voir.
Et ça aussi, ça contribue au charme d'une restauration bien faite.

En 1962, lors de l'achat de ma toute première auto, une ROSENGART LR 44, déjà bien atteint par la maladie des  vieilleries de toutes sortes, j'avais, (excusez l'erreur de jeunesse, je ne pensais pas encore "voiture de collection" et encore moins "restauration" !) fait inscrire de chaque côté du capot "Petite fleur".
Eh bien figurez-vous que pour cette bagnole de quatre sous (à l'époque) j'étais tout de même allé voir un peintre en lettres digne de ce nom. J'étais décidé à ce rajout pour des raisons personnelles mais pas du tout d'accord pour faire une cochonnerie.
En deux coups de cuillère  à pot, il m'avait fait sur place, dans la rue, et au bord du trottoir, un "Petite Fleur" agrémenté d'une petite fleur discrète que j'ai toujours apprécié. Même pour une "distinction" comme celle-là, je n'avais pas voulu faire n'importe quoi et j'avais eu recours à ces peintres en lettres qui foisonnaient encore.

Bien des années plus tard, j'ai voulu simplement faire peindre les chiffres et lettres des plaques d'immatriculation d'une PEUGEOT "12 SIX".
Il m'a fallu chercher un moment l'un de ces peintres...... Ils avaient déjà commencé à disparaître sans que l'on s'en aperçoive. Tout comme ces artistes dans tous les métiers qui disparaissent trop vite.

LPDC.

lapétarelleducoin
Aficionados du pétochon

Messages : 3270
Date d'inscription : 03/07/2011
Age : 78
Localisation : Est Lozère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE TOUCHANTE.

Message  vieubidule le Sam 18 Jan 2014 - 10:34

Juste une petite tranche de vie d'autrefois (... que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître  Laughing )

C'est juste l'histoire d'un provincial d'autrefois qui avait cassé la tirelire pour s'acheter une Citroen.
Ayant reçu la lettre lui annonçant que sa voiture était disponible au quai de javel ...
Il prit le train très tôt le matin du fond de sa province profonde, à une époque où il fallait 6 ou 7 heures de train pour faire 400 km ...
Arrivé gare Montparnasse et se plongea dans un plan du métropolitain pour comprendre comment se rendre quai de javel
Là, il fut reçu comme un prince : la réception d'une automobile était tout un cérémonial : rien à voir avec la froideur d'une transaction à la chaine d'aujourd'hui.
Quand il donna son aval après avoir fait plusieurs tours fébriles de son auto, dedans comme dehors, il vit arriver du fond d'un atelier un type en blouse grise, un pot de peinture , un pinceau et une couverture à la main.
En cinq minutes à peine, le peintre s'agenouillait devant la traction, sur une couverture, et en deux temps trois mouvements, avec la sureté et le coup de patte du pro, il avait peint le numéro minéralogique de la voiture. Aussitôt fait devant, aussitôt fait derrière, et pas une coulure, ni le moindre petit défaut. Ne restait plus qu'à aller faire les papiers au bureau.
Je vous laisse imaginer la fébrilité du nouveau possesseur quand il fit les premiers tours de roue dans le quartier après être sorti du garage. Un petit casse croûte dans un bistrot du coin (ça commençait à faire des heures que le ventre n'avait pas été ravitaillé depuis le départ de la maison), et il ne restait plus qu'à prendre la route pour rentrer dans sa province au volant du carrosse tout neuf ....

.... "le roi n'était pas son cousin" comme on disait à l'époque pour exprimer la fierté du chauffeur  Wink 


Ayant conservé un souvenir profond de cette époque, je découpe mes plaques moto-cyclos de la forme des anciennes plaques arrière de tractions pour en illustrer mes machines d'aujourd'hui Wink 

vieubidule
Aficionados du pétochon

Messages : 376
Date d'inscription : 15/12/2011
Localisation : à l'ouest

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE TOUCHANTE.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum